Grèce, la prime au fraudeur

Posted on 22 juillet 2011 par

0


C’est clairement la mise en défaut de paiement de la Grèce.

Donc la France prendrait à sa charge 15 milliards d’euros des dettes de la Grèce. Première estimation de François Fillon qui sera sans aucun doute largement dépassée.

Solidarité européenne, pourquoi pas, mais Sarkozy a aussi précisé que les efforts qui ont été décidés en faveur de la Grèce ne seront en aucun cas repris pour d’autres Etats. (voir ci-dessous "Info comique")

Donc Portugal et autres démerdez-vous. Pourquoi cette différence de traitement entre pays de la zone euro ? Pourquoi cette discrimination ?

Réponse : parce que le Grèce a triché, elle a magouillé ses comptes avec l’aide intéressée de Goldman Sachs. Par contre le Portugal n’a pas triché, il n’aura pas droit à une aide comparable.

C’est donc une prime au fraudeur.

Eh puis c’est aussi "on paye et on continue pareil". Ça a le même goût que la potion administrée pour guérir la crise du système financier qui n’a pas évité le retour des pratiques antérieures qui ont pourtant montré leurs nocivités.

Comme dit Jean-Luc Mélenchon : « la course à l’abîme continue ».

 
 
Info comique : Sarkozy a donc bien précisé :

« Je précise une chose qui est dans notre esprit absolument fondamental c’est que ce que nous faisons pour la Grèce nous ne le ferons pour aucun autre pays de la zone euro Je vous demande de mesurer l’importance de cette décision »

vidéo à cette adresse, curseur à partir de 10 minutes

Nous en concluons qu’il n’a pas lu la
"DÉCLARATION DES CHEFS D’ÉTAT OU DE GOUVERNEMENT DE LA ZONE EURO ET DES INSTITUTIONS DE L’UE"
du 21 juillet 2011 dans laquelle il est explicitement mentionné à la mesure 10 :

« Les taux et les délais de remboursement de prêt que nous avons arrêtés pour la Grèce dans le cadre du FESF seront appliqués également au Portugal et à l’Irlande. »

Mais comment des gens sérieux comme Jean-François Copé peuvent-ils encore faire l’éloge d’un Président qui signe un document et raconte immédiatement après le contraire de ce qui y est dit ?

 
 
 

Publicités