Les causes de la crise grecque

Posted on 29 février 2012 par

2


On croit que c’est parce que les grecs riches ne payent pas d’impôts. C’est certainement vrai, mais c’est aussi la politique socialisme des gouvernements passés qu’ils soient de droite ou de gauche, si les chiffres suivants sont exacts :

en Grèce,

45% des emplois sont publics,

et les salaires des fonctionnaires ont augmenté de 119% en 10 ans de 1999 à 2009.

Il est sûr que si les ressources d’impôts n’ont pas augmenté dans les mêmes proportions, la baisse des taux d’intérêts a donné bon goût à la ciguë de l’endettement. Ajouté à quelques magouilles conseillées par le monde de la finance (certaine banque américaine), la Grèce a même pu en boire plus que sa production d’ouzo. La gueule de bois était garantie, mais y-avait l’espoir que ce serait les jeunes qui paieront.

Puis l’élastique a lâché trop tôt, et les jouisseurs soixante-huitards (de vrais combattants contre la dictature, contrairement aux soixante-huitards français) vont aussi payer, les autres européens ne voulant pas payer leurs retraites.

Alors normal que leurs collègues français participent un peu au plan de rigueur de la Grèce : la retraite complémentaire des fonctionnaires (la Préfon) est déjà réduite de 1% et le sera sans doute prochainement de 2% : c’est en effet le pourcentage des actifs du régime investis dans les obligations de l’Etat grec qui sont actuellement provisionnés à 50%.

 
Mais qui donc est le dindon ?

 
 
 

Publicités