La France s’en va en guerre

Posted on 5 septembre 2013 par

0


Tous derrière, tous derrière, c´était un petit caniche blanc, tous derrière et lui devant. (…) Il est mort sans voir le printemps, ni derrière ni devant.

 
Bachar al Assad

La France déclare la guerre aux dirigeants légaux (c’est toujours le gouvernement de Bachar al-Assad qui représente la Syrie à l’ONU) de la Syrie.

La France est en guerre, nous devons donc soutenir l’action de la France, tous derrière notre Président et son armée.

Oui mais quelle action de la France ? Retirer à Bachar al-Assad son « passeport pour la barbarie » ? — formule de Laurent Joffrin dans son édito du Nouvel Observateur du 29 août 2013, page 7, "Faire plier le tyran" , extraits ici

Donner « aux tyrans un salutaire avertissement » ? — Laurent Joffrin, idem —, sauf que… pour que l’avertissement soit salutaire, on cherche encore le mode d’emploi car François Hollande l’a bien précisé : il n’est « pas favorable à une intervention internationale qui viserait à renverser le dictateur ».

D’ailleurs Laurent Joffrin énonce les conditions d’une intervention :

« Si le pays concerné ne peut pas mettre en place rapidement des institutions politiques acceptables et une force armée locale qui garantissent l’ordre et assurent un compromis entre les factions, l’intervention étrangère, serait-elle techniquement parfaite, est vouée à l’échec. »

Or s’il y a une évidence, c’est bien que cette condition n’est pas remplie.

Car deux résultats sont possibles de la guerre déclarée par la France : Bachar al-Assad reste au pouvoir et aucun salut donc pour la population, ou Bachar al-Assad perd le pouvoir, et alors ce seront les alaouites qui quêteront leur salut.

 
Et puis après avoir puni Damas, à qui le tour ?
punir Khartoum dont le Président Omar al-Bashir est poursuivi par le Tribunal Pénal International (TPI) pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ?
punir Pyongyang dont le Président Kim Jong-un a hérité du pouvoir de son père Kim Jong-il (qu’il tenait de son père…) comme Bachar al-Assad a hérité du pouvoir de son père Hafez al-Assad (qu’il tenait d’un coup d’état de l’armée…).

 
Mais qui donc est le dindon ?

 
 
 

Publicités
Tagué: ,
Posted in: Moyen-Orient