Libéralisme, la faillite de la concurrence

Posted on 15 octobre 2013 par

0


En théorie libérale, la régulation par une libre concurrence non faussée, c’est-à-dire sans ententes que pourchasse la Direction Générale de la Concurrence de la Commission Européenne, ajuste les prix au plus bas pour le consommateur.

Penons l’exemple des opticiens. Il paraît que la France est le pays qui compte le plus de magasins d’optique. La concurrence qu’ils se font devrait entraîner selon la théorie une baisse des prix. Eh bien non, c’est le contraire qui se produit : il paraît que le prix des lunettes en France est en moyenne 50% plus cher qu’en Allemagne ou d’autres pays d’Europe.

Cherchez l’erreur dans la théorie libérale. Et pourtant, personne ne remet en cause la théorie libérale.

Donc des magasins d’optique, va falloir en fermer. Mais aujourd’hui ce sont les ophtalmologistes qui ferment. Et leurs dépassements d’honoraires qui explosent : là la théorie libérale s’applique, ce qui est rare est cher, les ophtalmologistes deviennent de plus en plus rares et donc de plus en plus chers.

 
Mais qui donc est le dindon ?

 
 
 

Publicités